SECTEUR DU SUCRE                                



Evolution de la production au cours des 5 dernières années


Campagnes Production de SUCRIVOIRE (Tonnes) Production de SUCAF-CI (Tonnes) Total
2008/2009 73 594 90 368 163 962
2009/2010 74 118 94 374 168 492
2010/2011 87 111 99 283 186 394
2011/2012 95 230 102 684 197 914
2012/2013 90 872 88 493 179 365
2013/2014 97 519 91 440 188 959
2014/2015 92 994 105 000 197 994
Mise à jour : 22-03-2016

Le tarif est inchangé depuis Février 2011 pour les deux compagnies sucrières


Tarif ex-usine HT Transport Prix rendu Abidjan HT Prix rendu Abidjan TTC
SURIVOIRE Sucre blond industriel 478 000 19 000 497 000 583 040
SUCRIVOIRE Sucre blanc supérieur 507 500 25 500 533 000 624 350
SUCAF CI Sucre blond industriel 503 000 21 250 524 250 614 790
SUCAF CI Sucre blanc industriel 547 000 21 250 568 250 666 710
Mise à jour : 22-03-2016



 

  • ENTREPRISES

 

ENTREPRISES LOCALISATION
SUCAF-CI Ferkessédougou
SUCRIVOIRE Zuénoula et Borotou

Les industries sucrières réalisent les activités suivantes :


  • la culture et l’exploitation de plantations de cannes à sucre irriguées avec 11 000 hectares de plantation pour SUCRIVOIRE et 14 500 hectares de plantation pour SUCAF-CI ;
  • la transformation industrielle des cannes à sucre ;
  • la commercialisation de sucre semoule (blanc, roux) et morceaux.

 

  • EMPLOIS

 

Les deux compagnies sucrières disposent de plus de 12 000 emplois directs et 100 000 emplois indirects.

 

 

 

Les deux compagnies sucrières réalisent un chiffre d’affaire de 100 milliards de F CFA pour une valeur ajoutée de 50 milliards de FCFA.


Depuis 2010 ce sont environ 120 milliards de FCFA qui ont été investis. Pour la période 2016 à 2020, c’est un investissement de 100 milliards qui sera réalisé.



 

Les actions ci-après sont menées :

  1. mise en œuvre de la stratégie de relance du secteur sucrier ivoirien orientée principalement sur la satisfaction des besoins du marché intérieur et la prise de part de marché sous-régionale. A cet effet le programme sucre initié depuis 2007 et financé par l’Union Européenne à hauteur de 29 090 000 d’euros :
    • contribue à l’amélioration de la productivité de l’industrie sucrière et à sa gestion environnementale ;
    • appui les plantations villageoises et habitants des complexes sucriers ;
    • renforce le dispositif institutionnel.
  2. lutter contre la fraude ;
  3. amélioration de la compétitivité des industries sucrières en valorisant les sous-produits du sucre.