ACTUALITES      

LUTTE CONTRE LA POLLUTION DES EAUX DUE A L’ORPAILLAGE CLANDESTIN DANS LE SUD-EST DE LA COTE D’IVOIRE: Autorités Ivoiriennes et Ghanéennes se concertent à ACCRA

 

A la tête d’une Délégation composée des Représentants des Ministères des Affaires Etrangères, de la Salubrité de l’Environnement et du Développement Durable et des Infrastructures Economiques, le Ministre de l’Industrie et des Mines, M. Jean-Claude Brou, s’est rendu du 24 au 26 avril 2017 à Accra (Ghana) pour rencontrer les Autorités ghanéennes en charge des questions minières.


L’objectif de ce séjour était d’informer les Autorités du Ghana des impacts néfastes des activités d’orpaillage réalisées en territoire ghanéen sur les rivières et plans d’eau du Sud-Est de la Côte d’Ivoire, notamment les fleuves BIA et TANOE, et d’engager des échanges entre les deux pays frères en vue de trouver une solution durable à la pollution des lagunes et cours d’eau frontaliers des deux pays.


Au cours de la rencontre qu’il a eue le 25 avril 2017 avec Mme Barbara Oteng Gyasi, Vice-ministre Ghanéenne chargée des Mines et représentant le Ministre des Terres et des Ressources Naturelles en présence de l’Ambassadeur de la Côte d’Ivoire au Ghana, Son Excellence M. Bernard Ehui, le Ministre Jean-Claude Brou, après avoir rappelé les relations cordiales et fraternelles entre les deux pays, a indiqué, à propos de la région au Sud-est de la Côte d’Ivoire, que depuis quelques mois, les populations ont constaté un changement de la couleur des eaux des rivières et des plans d’eau. « Des analyses effectuées par les services spécialisés confirment la présence de métaux lourds tels que le plomb, le mercure et le chrome dans ces eaux », a souligné le Ministre avant d’ajouter que les populations du Sud-est ivoirien souffrent aujourd’hui de la prolifération de maladies hydriques.


Par la voix de Mme la Vice-Ministre, les Autorités ghanéennes ont rappelé à leur tour les bonnes relations entre nos deux pays et se sont félicitées de l’initiative prise par la Côte d’Ivoire à travers cette mission. Elles ont indiqué que l’orpaillage illicite pratiqué au Ghana induit des effets néfastes similaires et souligné son impact négatif notamment sur les terres et les cultures du cacao. Elles ont précisé que le Président de la République du Ghana a donné des instructions fermes pour que des mesures soient prises pour juguler ce fléau. Des actions adéquates entreprises et allant dans ce sens ont été présentées, il s’agit notamment de la surveillance des plans d’eau par des drones.


En vue de résoudre le problème spécifique posé dans le Sud-Est, le Ministre de l’Industrie et des Mines a proposé à la partie ghanéenne la mise en place d’un Comité Ad’hoc de Haut Niveau entre les deux pays, composé des différents Ministres chargés des Mines, de l’Environnement, des Eaux et des Infrastructures Economiques. Ce Comité sera assisté d’un Sous-Comité Technique paritaire composé d’experts des deux pays pour, entre autre, les visites techniques conjointes et le contrôle en vue de la suppression définitive des effets néfastes de l’orpaillage sur les bassins versant des fleuves BIA et TANOE.


Cette proposition a été bien reçue par les Autorités Ghanéennes, qui ont par ailleurs suggéré que les deux pays prennent des mesures diligentes pour la composition du Sous-Comité technique, en communiquant rapidement la liste des experts.


Les deux délégations se sont réjouies des échanges constructifs qui ont marqué la Rencontre qui s’inscrit dans le renforcement de la coopération entre les deux pays. Elles ont proposé que les conclusions de la Rencontre puissent faire l’objet d’un protocole d’accord lors de la prochaine visite du Président de la République du Ghana en Côte d’Ivoire.


Rappelons que la Côte d’Ivoire partage avec le Ghana, les bassins versant des fleuves TANOE et BIA. Ces rivières ont drainé une charge boueuse issue des activités d’orpaillage illicite au Ghana. Ces eaux ne pouvant plus être traitées pour la fourniture d’eau potable dans la Sous-préfecture de Bianoua, les services de la SODECI de cette localité ont dû suspendre l’adduction d’eau potable aux populations qui ont vivement protesté.


Date de publication : 25 - 04 - 2017

Source : Service communication







STATISTIQUES    

 

    INDUSTRIE
    MINES

 







LIENS INSTITUTIONNELS    

STRUCTURES SOUS TUTELLE

  • ADCI
  • AGEDI
  • CDT
  • CI-INGINEERING
  • CODINORM
  • I2T
  • LANEMA
  • OIPI
  • FODI
  • SODEMI

 

FONDS D'APPUI